"Le Dernier des juges", de Roberto Scarpinato et Anna Rizzello

novembre 01, 2016



La couverture de LE DERNIER DES JUGES de Roberto Scarpinato a eu sur moi un effet aimant. Elle m'a de suite fait penser aux affiches du CHRD [Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation, Lyon 7ème]. Une photo, un titre, un ou deux noms et hop on a envie d'aller voir l'expo.


Roberto Scarpinato est « le dernier des juges », dernier survivant de la génération des juges Falcone et Borsellino, brutalement assassinés par la mafia en 1992. Il est l’un des procureurs du procès Andreotti, et a instruit les plus importants procès menés contre la mafia et ses liens au sein du monde politique et institutionnel. Sous protection policière depuis plus de vingt ans, mémoire historique de la justice anti-mafia, Roberto Scarpinato balaie de ses réflexions les lieux communs sur la justice, le pouvoir et la religion. À travers le prisme d’une vie que la violence mafieuse a irrémédiablement bouleversée, il nous livre un entretien inédit, porté par une voix aussi vigoureuse qu’inspirée. Cet entretien a été mené et traduit de l’italien par Anna Rizzello, qui fera la connaissance de Roberto Scarpinato à l’occasion d’une conférence donnée pour l’édition Citéphilo 2008, à Lille. Elle y sera son interprète. Depuis, les rencontres se succèdent, tissant une relation de confiance et d’estime mutuelles.

Le style est accessible, très fluide, la traduction est vraiment bonne. Pour lire régulièrement des entretiens politiques il est rare que les questions et réponses s'imbriquent aussi bien, les questions sont pertinentes et Roberto Scarpinato ne répond pas à côté, ne s'éloigne pas du sujet de la question pour aller parler d'autre chose.
Roberto Scarpinato est, il est vrai, un homme fascinant. Malgré ce que l'on pourrait penser, Le Dernier des juges n'est pas une succincte biographie de l'homme ni un manifeste anti-manfia. Ayant commencé ma découverte de l'Italie par ses dimensions politique et juridique j'avais inévitablement entendu parler de cet homme à plusieurs reprises. En si peu de pages j'avoue que je m'attendais à quelque chose de plus poussé, plus technique. Le titre m'a porté à confusion je dois bien le dire, les juges auxquels sont associés Scarpinato ne sont que brièvement évoqués. C'est vraiment un livre grand public, adressé au profane.
Le format du livre rappelle celle d'une brochure et cela correspond assez bien à l'image que j'ai en le refermant. Je vois LE DERNIER DES JUGES comme une introduction à quelque chose de plus grand.
Je finirai en conseillant fortement LE DERNIER DES JUGES à ceux qui ne connaissent pas Roberto Scarpinato et son combat, pour avoir un aperçu de l'homme.




-> LE DERNIER DES JUGES, de Roberto Scarpinato et Anna Rizzello - Éditions La Contre Allée, 2011 - 45 pages - 7 EUR
LE DERNIER DES JUGES vous tente ? Je me sépare de mon exemplaire, rendez-vous ici.




You Might Also Like

0 commentaires